Le Portugal bat des records

La centrale photovoltaïque d'Amareleja, en Alentejo, n'est plus la plus grande du monde, mais continue d'être celle qui possède le plus de suiveurs solaires. Photo Nuno Veiga/Lusa.
Propriété de la société espagnole Acciona, la centrale a nécessité un investissement de 261 millions d'euros. Photo Nuno Veiga/Lusa.
Les bénéfices pour le village pourraient être plus importants, notamment au niveau de la création d'emplois, limités à une quinzaine. Photo Nuno Veiga/Lusa.
Peut-on parler vraiment d'énergie propre face à une telle pollution visuelle ? Photo Nuno Veiga/Lusa.
Le Portugal bat des records de production d’électricité à travers des sources renouvelables, la centrale solaire photovoltaïque d’Amareleja, en Alentejo, la région d’Europe la plus ensoleillée, constitue un bon exemple pour le pays.

« Des initiatives comme celle-ci sont très importantes pour diminuer l’empreinte écologique très significative de l’Europe, en ce qui concerne la consommation d’électricité, explique le maire de Moura, Santiago Macias, qui considère que les énergies renouvelables sont l’un des chemins que le pays doit suivre.

Cet avis est partagé par António Valadas, l’élu du petit village d’Amareleja, qui possède une importante quantité de panneaux solaires et il montre la centrale comme un bon exemple pour le pays en matière d’énergie propre.

En mai dernier, l’association écologiste Zero a annoncé que la consommation d’électricité au Portugal avait été totalement assurée durant plus de quatre jours consécutifs par des sources renouvelables, ce qui constitue le record national de ce siècle.

Après avoir analysé les données du Réseau Electrique National (REN), l’association Sistema Terrestre Sustentável (Zero) a communiqué qu’entre le 7 mai à 06:45 et le 11 à 17:45, la consommation électrique a été « assurée intégralement » par des sources renouvelables.

La Centrale Solaire Photovoltaïque d’Amareleja, qui appartient à l’entreprise espagnole Acciona et fonctionne depuis 2008, est l’un des projets qui produit de l’électricité pour le réseau portugais. Elle a demandé un investissement de 261 millions d’euros, pour produire de l’énergie propre durant 25 ans, avec une capacité totale installée de 16,41 mégawatts et produit 93 gigawatts/heure d’énergie tout au long de l’année, ce qui permet de fournir en énergie 35 000 foyers et d’économiser 90 000 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre.

Le centrale, qui s’étend sur 250 hectares, a été la plus grande du monde et, maintenant, bien que de nouvelles installations dans d’autres pays lui aient subtilisé le titre, elle reste la plus grande du monde en nombre de suiveurs solaires, déclare fièrement António Valadas, qui explique que les panneaux photovoltaïques changent d’orientation tout au long de la journée selon la trajectoire du soleil.

La notoriété apportée au village, la création de postes de travail ainsi que les quinze millions d’euros qu’a rapporté à la commune la vente de la société municipale à Acciona, sont parmi les autres bénéfices directs de cette installation, selon l’élu, qui regrette cependant que le loyer payé par l’entreprise espagnole (80 000 euros par an) ne soit pas supérieur, de même que le nombre de postes de travail (15).

On peut également se demander si le terme d’énergie propre n’est pas abusif, alors que l’impact visuel constitue assurément une pollution, au même titre que les éoliennes, dont l’installation est souvent contestée par ceux qui en subissent les nuisances visuelles et sonores.