Pedrogão Grande : plus de 60 morts

La forêt en feu entre Figueiró dos Vinhos et Pedrogão Grande. Photo Paulo Cunha/Lusa.
Voitures carbonisées sur la N236, près de Pedrogão Grande. Photo Miguel A. Lopes/Lusa.
Selon le spécialiste en incendies forestiers, Xavier Viegas, c’est « la rapide propagation » de l’incendie qui s’est déclaré à Pedrogão Grande qui a entraîné la mort de nombreuses personnes (plus de soixante pour l’instant), en faisant l’un des plus graves au monde de ces dernières années.

Le professeur universitaire a ajouté que le manque de nettoyage des forêts, les maisons environnantes et les caractéristiques du terrain, auront contribué à l’extension de cet incendie constitué de plusieurs foyers, bien que l’on ait écarté la cause criminelle et l’on évoque l’orage sec.

« Tout mène à penser que la propagation du feu a été très rapide, je n’en ai pas la certitude, mais les informations dont je dispose indiquent qu’il y aurait eu plusieurs foyers d’incendie, non nécessairement liés à une cause humaine, il est possible que cela ait été provoqué par un orage sec et, quand cela se produit, il peut y avoir plusieurs foyers en même temps dans différents lieux et alors il devient très difficile de contrôler toutes ces situations », a expliqué Xavier Viegas à l’agence Lusa aujourd'hui [18/06/2017].

L’état de sécheresse très grande dans laquelle se trouve la végétation, un terrain « très compliqué », comme le sont les alentours de l’IC8, avec des ravins et des gorges très accentuées, « donne origine à des comportements du feu qui facilement peut surprendre les gens ».

Quant au bilan en pertes humaines, l’universitaire considère qu’il s’agit de l’incendie « le plus important dont il a eu connaissance ».

« C’est, clairement, par la répercussion qu’il est en train d’avoir, même au niveau international, l’un des plus grands incendies, des plus graves, de ces dernières années en Europe, sinon au monde », par le nombre de victimes, par la rapidité avec laquelle il s’est développé et par la façon dont ces morts ont été causées », a-t-il poursuivi, ajoutant que cet événement devrait appeler l’attention des responsables quant à « tout ce qui est nécessaire de faire dans notre pays pour améliorer la sécurité des personnes et éviter que ce type d’accidents se reproduise ».

Quant au fait que tant de personnes ont été prises au piège de l’incendie sur l’IC8, le chercheur a reconnu ne pas savoir l’expliquer, d’autant qu’il n’a pas encore toutes les données, mais à priori c’est la rapidité de la propagation qui est en cause.

« L’expérience que j’ai de ces terrains c’est que le feu se propage avec beaucoup de rapidité, d’un moment à l’autre. Les gens peuvent penser qu’elles sont en sécurité, qu’il est possible de passer et peuvent être surprises au tournant ».

Xavier Viegas entrevoit une année compliquée, surtout si les conditions météorologiques persistent.

Media