Marcelo chez le coprince

Dès son arrivée à Andorre, le président a fait une promenade dans les rues de la ville, où il a été salué par de nombreux Portugais avec lesquels il s’est livré à son jeu favori des selfies, ci-dessus en compagnie du chef du gouvernement andorran, Antoni Martí Petit. Photo Paulo Novais/Lusa.
Marcelo Rebelo de Sousa a été reçu par le chef du gouvernement andorran, Antoni Martí Petit, ainsi que par le coprince épiscopal, Joan Enric Vives i Sicília – ci-dessus –, qui partage la présidence de l’Etat avec le président français. Photo Paulo Novais/Lusa.
Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa effectue une visite officielle à Andorre, un petit pays situé dans la cordillère des Pyrénées où les résidents portugais représentent 13 % de la population.

Sous le gouvernement de Passos Coelho, l’ambassade et le consulat du Portugal à Andorre avaient été supprimés – ce qui avait entraîné de nombreuses protestations – et actuellement les 11 000 citoyens portugais ne disposent que d’un consulat honoraire. Pour Marcelo Rebelo de Sousa, cette situation n’est pas problématique, mais assurément les avis sont partagés sur la question.

Au cours d’une conférence de presse commune avec le chef du gouvernement andorran, Marcelo a fait l’éloge « du talent des représentants diplomatiques » et « du dynamisme des consulats » des deux pays. Il a également dit avoir évoqué la question de la langue portugaise et demandé des progrès en la matière.

« Il est nécessaire d’aller plus loin dans l’application de la convention sur l’éducation, nous sommes d’accord. Il est nécessaire d’aller plus loin dans la protection sociale en ce qui concerne ceux qui ont travaillé ici tant d’années, et pour cela il faut revoir une convention ancienne, la première célébrée entre le Principat d’Andorre et un autre pays, pour renforcer cette protection », a déclaré le président.

Rappelant que la communauté portugaise en Andorre était la plus nombreuse après l’espagnole, le président a ajouté qu’il était nécessaire d’aller plus loin dans l’éducation, la sécurité sociale, dans les domaines culturel, fiscal et financier, mais aussi dans les liens commerciaux et économiques.

Sur le plan multilatéral, Marcelo Rebelo de Sousa a indiqué que le Portugal soutenait la candidature d’Andorre à l’organisation du Sommet Ibéro-américain de 2020 et les négociations du traité d’association entre le Principat et l’Union Européenne.