Le Portugal à sec

Le président de la République s'est rendu au bord du barrage da Aguieira, dans la région de Coimbra, dont le niveau de l'eau est particulièrement bas. Photo Rui Ochôa/Lusa.
Un camion-citerne fait le ravitaillement en eau à Viseu. Photo Nuno André Ferreira/Lusa.
Le président de la République a visité aujourd´hui [31/10/2017] le barrage da Aguieira, dans le district de Coimbra, préoccupé par la situation des réserves d’eau du pays.

Dans un environnement de désolation, au milieu de la forêt brûlée, Marcelo Rebelo de Sousa s’est entretenu avec les techniciens présents, qui ont déclaré ne jamais avoir vu le barrage à un niveau aussi bas, en vingt ans.

Cette visite n’avait pas été prévue initialement, alors que le pays connaît une sécheresse sévère sur plus de 80 % de son territoire continental.

Selon l’Institut Portugais de la Mer et de l’Atmosphère (IPMA), l’été 2017 a été chaud et extrêmement sec, avec des températures de l’air supérieures et des quantités de précipitations inférieures aux niveaux habituels. Le mois d’octobre a été le plus sec de ces 87 dernières années, avec une température de trois degrés au-dessus de la moyenne.

Le Système National d’Information de Recours Hydriques (SNIRH) a révélé que, fin septembre, plus de 80 % du pays connaissait une sécheresse sévère et la quantité d’eau stockée avait de nouveau baissé dans tous les bassins hydrographiques portugais, en comparaison avec août.

Selon l’Association Portugaise de Distribution et Drainage des Eaux (APDA), la situation peut devenir dramatique si le prochain hiver est sec, car plus d’une centaine de municipalités dépendent de captations précaires d’eau qui pourront se tarir.