António Zambujo et Yamandú Costa

António Zambujo
Yamandú Costa
Le temps d’un soir, la grande scène de l’Opéra jette un pont entre le Brésil et le Portugal. Leurs maîtres d’œuvre ? Deux amis et humbles géants : Yamandu Costa, génie brésilien de la guitare, et António Zambujo, le plus grand chanteur portugais actuel, qui célèbrent avec une contagieuse ferveur les liens entre leurs pays respectifs, de la bossa nova au fado, de la samba-canção aux chants populaires de l’Alentejo.

Né à Beja au Portugal, António Zambujo a grandi en écoutant les chants d'hommes traditionnels, le fameux Cante Alentejano et tombe définitivement amoureux du fado en découvrant la grande Amália Rodrigues, Alfredo Marceneiro, Maria Teresa de Noronha et João Ferreira Rosa. C'est avec Outro Sentido, son troisième album qu'il accède à un statut d'artiste au potentiel international. António Zambujo ne cesse d'ouvrir sa palette à d'autres couleurs sans trahir sa profonde vocation de fadiste. La bossa historique (João Gilberto et Caetano Veloso) du Brésil et un certain jazz cool (Chet Baker) ont toujours compté parmi ses influences, au même titre que le fado, qu'il renouvelle avec talent et intelligence. António Zambujo chante l'errance des sentiments. Sans amplification, sa voix s'élève dans un souffle, il exprime la fragilité mais sans faiblesse, il chante le fado mais en finesse. Il nous donne à découvrir de nouveaux auteurs (Aldina Duarte, Alberto Janes) ou revisite des classiques d'Amália (Amor de mel, amor de fel) que l'on a l'impression d'entendre pour la première fois. Anciens ou nouveaux, chaque vers est pesé et coloré de façon unique, revue au filtre d'une voix qui sait réveiller l'esprit des anges qui dorment à la lisière du silence et du bruit.

Né de parents musiciens, Yamandú Costa a commencé la guitare très jeune, grandissant dans la chaleureuse ambiance de la musique populaire brésilienne. Encore enfant, il part avec son père traverser le pays à la découverte du langage musical propre à chaque région.
Très vite, il se révèle être un artiste éblouissant, attachant, inclassable, un improvisateur d'une rare fécondité, au style puissant. Dans ses compositions, on entend le choro et la bossa nova, mais aussi des échos des musiques populaires d'Argentine, la folie du swing manouche et, de manière plus feutrée, du jazz ou du flamenco.

06/04 : 20:00
Opera de Lyon
1, place de la Comédie
69001 Lyon

08 et 09/04 : 20:00
Théâtre de la Ville
2, place du Chatelet
75004 Paris

27/04 : 20:30
Centre Culturel Jacques Prévert
Av. Aristide Briand
77270 Villeparisis

 

Media